Février 2014

Décidément, l’église Sainte-Thérèse est devenue le lieu de ralliement des chorales régionales. Pour le troisième dimanche après-midi en l’espace de deux mois, l’une d’elles est venue s’y produire et a, pour la troisième fois, rempli l’église d’un public enthousiaste qui n’a pas ménagé ses applaudissements.

Cela prouve comme le chant choral bénéficie d’un regain de ferveur chez les Bigourdans qui n’hésitent pas à se déplacer pour écouter ces chants polyphoniques, mais aussi chez les amateurs qui vont se retrouver pour chanter ensemble.

Cet amour du chant choral n’a jamais été aussi fort et cela se voit fort bien au nombre de chœurs qui se sont formés ces dernières années et qui se produisent dans le département.

Dimanche après-midi, à l’église Sainte-Thérèse, c’étaient «les Voix d’Alaric» qui montraient leur enthousiasme pour la première fois en concert à Tarbes.

Créée en 2009 à Barbazan-Debat, avec une base de cinq ou six personnes qui n’avaient jamais chanté, par Jean-Claude Hargous, qui a dirigé pendant plus de trente ans les Chanteurs pyrénéens, la chorale compte aujourd’hui une cinquantaine de membres, femmes et hommes, ce qui a valu à son chef de faire une «reconversion» car un chœur à voix mixtes ne se forme ni se dirige comme un chœur à voix égales.

Les Voix d’Alaric se veulent un ensemble de simplicité et de convivialité qui chante pour se faire plaisir et faire plaisir aux auditeurs.

Il l’a bien prouvé, dimanche, dans un programme faisant la part belle aux chants profanes de la région mais aussi de pays voisins ou lointains, comme à des chants liturgiques (César Franck, Vivaldi ou Saint-Saens), le tout avec foi dans cette aventure musicale que ses membres ont créée voici cinq ans et qui s’étoffe au fil des années et du travail accompli.

Jacques Dupeyrat