Janvier 2014 une «petite» chorale qui monte…

C’est pour plagier une locution bien connue que nous avons emprunté l’adjectif petite en lui donnant, toutefois, le côté affectif qui sied à son jeune âge car pour ce qui est de l’importance (50 choristes), la «petite» chorale a tout d’une grande.

Questions-réponses

Nous avons pu rencontrer quelques membres responsables du groupe, en particulier le président Jean-Paul Laurens, les vice-présidents Bernadette Gachassin et André Dupuy, ainsi que le chef de chœur Jean-Claude Hargous.

Tout d’abord, comment avez-vous construit cette chorale et réalisé cela en seulement quatre ans

J.- P. Laurens : Avant toute chose, il faut savoir que la chorale est constituée à 75 % de personnes qui n’avaient jamais chanté, des gens qui se sont présentés spontanément en ignorant tout du chant choral. Jean-Claude a instauré un travail d’apprentissage sérieux auquel tous les membres ont souhaité adhérer. Je dois ajouter que la convivialité qui règne dans le groupe est un catalyseur supplémentaire mais il est vrai qu’à nos débuts, si quelqu’un nous avait prédit que nous réaliserions ce CD quatre ans plus tard, nous aurions eu peine à le croire.

Là, je m’adresse à Jean-Claude Hargous : après vous être dévoué corps et âme pendant plus de trente ans à la tête des Chanteurs pyrénéens de Tarbes, comment avez-vous su garder un tel enthousiasme, une telle passion ?

J.-C. Hargous : Vous le dites : la passion, bien sûr, et la découverte de la direction d’un chœur mixte, mais puisque vous parlez de mon enthousiasme, sachez que ce sont mes amis de la chorale qui la génèrent. Les Voix d’Alaric sont nées d’un heureux concours de circonstances qui a regroupé des femmes et des hommes animés du désir de construire quelque chose de vrai. Les Voix d’Alaric, ce sont plus de 50 chanteuses et chanteurs qui font des kilomètres, qu’il pleuve ou qu’il vente, pour assister aux répétitions. Les Voix d’Alaric, c’est aussi, indépendamment du chant, le concours de compétences et de dévouements de femmes et d’hommes qui permet à une société de réussir. Sans eux, je n’aurai rien pu réaliser.

Parlez-nous justement de la réalisation du CD.Qui en a eu l’idée ?

B. Gachassin : Vous demandez ? Jean-Claude, bien sûr ! Il nous a mis une pression pas possible (rires). Nous avons eu la chance d’être assistés et encouragés par la maison Agorila mais aussi et surtout par Jérôme Hallay, du conservatoire, dont la compétence n’a d’égale que la gentillesse et la patience, et tout s’est enchaîné…. Jérôme Hallay et Jean-Claude ont géré l’enregistrement et le mixage pendant que nous nous attelions à la confection du coffret

Sur votre CD, on note aussi la présence des Cuivres des Pyrénées ainsi que celle de Sophie Dardaine. Que vous ont-ils apporté ?

A. Dupuy : Je pense que nous n’aurions jamais espéré nous produire avec des professionnels de très haut niveau comme les Cuivres des Pyrénées ou une artiste comme Sophie. Il est incontestable que leur présence a considérablement amélioré la qualité de nos productions et si nous avons inclus des morceaux en commun sur notre CD, c’est parce que nous avons prévu de nous produire encore avec eux à Tarbes, en 2014 ; cela donne ainsi un aperçu de ce futur concert

Que faut-il vous souhaiter en cette fin d’année ?

J.-P. Laurens : De progresser sur notre petit bonhomme de chemin. Nous sommes tous conscients de n’être que des amateurs épris de chant choral qui désirent avant tout prendre du plaisir et essayer de le faire partager avec ceux qui nous aiment. à ce sujet, excusez le côté mercantile de ma remarque, je vous précise que notre CD est disponible à la fin de nos concerts et on peut aussi se le procurer facilement auprès des différents membres de notre chorale. Cela peut faire un cadeau de fin d’année sympathique et original.

Article La Dépêche du Midi du 30/12/2013